Pour toute commande à partir de 65€, avec le code JOYEUXNOEL, vous recevrez une boite de 89 - CHRISTMAS TEA et une boite sera envoyée en soutien aux hopitaux 

Le processus créatif d’un accord thé

Que recherche-t-on dans un accord ? Découvrez le processus de création d'un accord mets et thé !
Écrit par : Carine Baudry, expert thé nunshen, le 09.09.2020

Fusion, équilibre, harmonie, contraste… ? et bien peut être tout cela à la fois ! L’objectif d’un accord est avant tout d’augmenter le plaisir des sens.
Tout comme le vin, nous recherchons dans un accord avec le thé une communion des arômes et des textures. L’accord mets et thé est alors vraiment magique quand il est réussi.
Il existe des milliers de thés dans le monde, et chacun d'eux est différent. Il y a des centaines de plats de base, et chacun est particulier. Quels sont les quelques principes qui orientent mon inspiration quand je choisis un accord ?

Pour mieux le comprendre voici tout d’abord quelques réflexions sur ce qui se passe quand on associe un thé et mets. Lorsqu'un thé se marie à un aliment en bouche, les interactions se multiplient et l’alchimie opère. Différentes sensations peuvent se produire :
L'aliment peut faire ressortir une caractéristique positive du thé et vice versa. Si vous mangez un muffin aux figues avec un Darjeeling d’été, les notes miellée et fruit sec vont être totalement rehaussées. Le pôle boisé du thé sera atténué.
L'aliment peut aussi affaiblir une caractéristique un peu négative du thé et vice versa. Par exemple, la matière grasse affaiblit les tanins, et un thé très tannique peut exprimer beaucoup plus ses arômes si la texture d’un fromage adoucit celle du thé.
Le thé peut apporter de nouveaux arômes à l'aliment et vice versa. L’aliment ou le thé devient alors plus complet et unique grâce à cette association

Le thé et l'aliment peuvent interagir à la perfection en créant une sensation aromatique plus forte que celle du thé ou de l'aliment isolés. C’est une nouvelle histoire qui est proposée !
C’est en ayant conscience de ces différentes possibilités que j’imagine et explore un nouvel accord. La définition du plat, ou mieux, sa dégustation (quand c’est possible en amont) me permet de comprendre son profil, les notes dominantes, toutes les nuances, la complexité, les gouts, les textures, les arômes. De cette connaissance, j’imagine l’univers de notes qui pourraient se marier.

Dans un accord, le thé doit, avant tout, sublimer le plat et vice versa. Il faut éviter que l’un ou l’autre prenne le dessus et efface l’autre. Il est donc important, en premier lieu, de respecter les intensités de chacun. Un plat fort appelle un thé fort dans la majeure partie des cas et inversement.

Il est intéressant ensuite d’explorer l’univers aromatique et de rechercher dans le thé des notes en communs avec le plat. Inutile que le profil soit identique. Quelques notes en résonnance permettront de faire le pont et de construire une nouvelle sensation.
La recherche peut parfois se faire par contraste. On apporte avec le thé, un univers olfactif complétement différent du mets. Un accord chocolat noir et jasmin par exemple. Les deux se côtoient, restent élégants, sans se perturber.
La meilleure façon ensuite de construire un accord reste l’expérimentation. Osez ! Nous continuons à vous proposer régulièrement des suggestions d’accords avec les thés pour vous accompagner dans cette exploration.
Mais ce ne sont que des propositions. Un accord est bon s’il vous apporte du plaisir !